Dans ces instants graves que l’on vit, cette épidémie qui s’abats depuis novembre 2019 en Chine et janvier en Europe, le groupe LA POSTE, convoque tous les CHSCT pour valider le plan de prévention“comment travailler en toute sécurité”pendant cette crise sanitaire. “Comment distribuez le courrier, comment recevoir le public en bureau de poste, comment gérer les comptes de LA BANQUE POSTALE”, plus que jamais vous mettez en avant le rôle de service public du groupe LA POSTE, vous faites valoir que nos missions sont essentielles pour la NATION, que notre présence est essentielle pour que le pays continue de vivre. Vous n’avez jamais, autant employé le terme de service public en 3 semaines que pendant les 10 dernières années…Ce service public postal que vous avez éclaté, détruit, martyrisé par des successions de restructuration, de mutualisation,de suppression de service et de fermeture de bureau de poste.

Dans votre texte,vous,nous présentez toute une série de mesure que nos dirigeants auraient prise pour mieux nous protéger. Mais,ce texte oublie de préciser qu’une grande partie de ces mesures ont été prise au niveau du groupe suite à des demande de CHS/CT locaux exceptionnels…au droit de retrait exercé par les salariés sur l’ensemble du territoire. J’en veux pour preuve, le CHS/CT du VITTULO avec un CHS/CT dès le 3 mars, pour exprimer les craintes, des moyens sanitaires, débouchant sur un droit de retrait dès le 10 mars. Pour preuve, un CHS/CT extraordinaire sur la ville d’Ajaccio, à la demande du syndicat CGT/FAPT, regroupant tous les CHS/CT de la ville,foyer du virus dans notre région,avec des demandes et des décisions prises, ce jour-là.

Ces CHS/CT, ces droits de retrait,ont démontré que certains locaux étaient sous équipés,pas de savon dans des bureaux de postes, pas de gel pour les facteurs, pas protection pour servir les clients…Au cours de ces actions, nous avons surtout vu certains Dirigeants plus préoccupés par la poursuite de l’activité que par la sécurité des salariés. Pour preuve, le groupe a décidé d’attaquer tous les droits de retrait au tribunal, gérer cette crise sanitaire comme gérer un conflit social démontre l’état d’esprit de nos dirigeants.

Aujourd’hui, le groupe veut se dédouaner en nous associant à ces prises de décisions tardives.

Dans ce texte, vous affirmez que le virus ne se transmet pas par colis, courrier, billet de banque, je pense qu’il est tôt pour de telles informations. Les plus grands scientifiques eux,sont davantage sur l’interrogation face à ce virus et font preuves de plus d’humilité.Mais, par contre,vous omettez de préciser une mesure qui fait l’unanimité :“le confinement généralisé est la seule mesure pour vaincre temporairement ce virus”.

Votre texte est tout sauf objectif. Aurait-il comme unique but, de vous protéger devant la justice en cas de situation délicate pour le groupe au sujet d’un ou de plusieurs salariés ayant contractés le virus dans l’exercice professionnel.

Dans votre texte aurait dû être inscrit “les salariés ne doivent pas payer de leur santé leur présence sur le lieu de travail”, vous minimisez, le fait, qu’en venant au travail, chaque salarié de LA POSTE, prends des risques, vous, minimisez, l’impact sur la santé morale et psychologique des agents en venant travailler avec le stress, l’angoisse.Cela n’est pas acceptable.

AU NIVEAU LOCAL

Au niveau local, des mesures concrètes ont été prises, mais le ménage tous les jours par exemple a été réalisé une dizaine de jour après la décision (voir mail envoyé à la Direction). Nous n’avons pas de lingettes, rupture de stock, et je tiens à remercier le gestionnaire du site d’avoir fabriqué lui-même des lingettes.

Par contre,le CHS/CT dénonce l’attitude de LA BANQUE POSTALE de ne pas avoir encore finalisé les services obligatoires, les demandes clients que l’on doit traiter, les réponses à donner, aucune consigne claire. Cet état de fait est irresponsable, car en plus du stress, de l’inquiétude, de l’angoisse, si on ajoute de l’anxiété par rapport à la réponse client,la situation ne s’améliore pas.

Au niveau local nous demandons:

Des horaires identiques dans tous les services pour l’unité des équipes, l’équité des agents 8h-16h 1 jour sur 2 du lundi au vendredi(pas de service le samedi). SERVICE CLIENT-SDEV-SBA –SURENDETTEMENT. Ces horaires ne devront pas changer pendant toute la période de confinement.
Prise en charge du repas du midi par LA BANQUE POSTALE.
Report des reliquats de 2019 jusqu’au 30 juin 2020.
La possibilité d’annuler les congés posés.
Aucun congé payé ne doit être pris aux salariés du fait de cette crise sanitaire
Aucun impact financier sur les primes et la RVB du fait de cette crise sanitaire.

Laisser un commentaire