Beaucoup se demandent pourquoi se syndiquer, puisqu’ils bénéficieront comme tout le monde des avantages sociaux obtenus par les syndicats.

Mais, 90% des patrons sont syndiqués dans un syndicat patronal : CGPME, Medef, UPA, ce n’est pas par plaisir, mais pour défendre leurs intérêts, faire valoir leurs droits, faire pression sur les pouvoirs publics, mettre en commun des avocats, des cabinets comptables spécialisés, des consultants en management du personnel, s’entendre sur les prix…

Et qui ont-ils en face d’eux ?

Moins de 8% des travailleurs sont syndiqués en France, ce qui représente le plus faible taux de syndicalisation de toute l’Europe (le taux de syndicalisation en Suède et Finlande dépasse les 70%, il est de 13% en Estonie, pays au plus faible taux en Europe après la France)

Alors, quels avantages sociaux peut-on espérer obtenir ?

C’est une illusion de croire que l’on peut faire valoir ses droits de manière individuelle.

Se syndiquer, c’est être solidaire, c’est agir ensemble pour obtenir des salaires et des conditions de travail corrects, c’est se rassembler pour se défendre au quotidien face aux problèmes d’organisation du travail, de la protection sociale, de la reconnaissance des qualifications.

Se syndiquer , c’est être actif, c’est faire partie de ces salariés qui osent demander leur dû, le paiement des heures supplémentaires, et qui refusent de travailler plus pour gagner moins.

 Se syndiquer, c’est retrouver le bon sens, c’est retrouver des salariés qui refusent de sacrifier leur santé pour reverser les profits aux actionnaires, payer les stock-options, les BMW de leurs patrons pendant qu’on leur fait croire que la concurrence est rude, qu’il est normal que les salaires stagnent.

Se syndiquer, c’est débattre et s’organiser, apprendre à discuter ensemble autour d’une table et à faire le point sur ses besoins et ses problèmes. C’est apprendre à dire non à des conditions de travail déplorables, apprendre à refuser l’arbitraire, à combattre l’injustice, comprendre que sa santé vaut mieux que leurs profits.


Pour se syndiquer, un bulletin d’adhésion est disponible en bas de page en format PDF a retourner « CGT FAPT Bat E résidence U PIOPU 20090 Ajaccio » ,ou sur le site CGT-Fapt où sur lequel vous pouvez aussi adhérer en ligne.


Si vous hésitez ou que vous vous demandez « pourquoi se syndiquer ?« , rendez-vous sur le site jeunes.cgt.fr, où vous trouverez les réponses à vos questions.

Les statuts de la CGT stipulent que la cotisation des syndiqués est de 1% de leur
salaire net, primes comprises (0,5% pour les retraités).
Elle est payée sous forme de timbres mensuels à la structure de base qui organise le
syndiqué: son syndicat.
Le syndicat conserve une partie de cette cotisation et reverse un pourcentage
(environ les 2/3) à un organisme national, qui le répartit aux diverses organisations
constituant la CGT.
Le premier timbre de l’année est traité de façon spécifique. Ainsi, le décompte du
nombre de syndiqués repose sur le principe: 1 homme = 1 femme = 1syndiqué, quel
que soit le niveau de son salaire et de sa cotisation.
Ce premier timbre est baptisé timbre FNI, car il finance le « Fond National
Interprofessionnel », ainsi que l’adhésion du syndiqué CGT à l’organisation de
consommateurs INDECOSA et à l’Association humanitaire « L’Avenir Social ».
Les autres cotisations mensuelles financent l’ensemble des organisations.

pdf

Laisser un commentaire